Tech

«Prochaine grande chose» d’Apple pourrait être encore plus grande que nous le pensions

Le prix iwatch peut coûter $ 299 lors de son lancement plus tard cette année, analyste de Morgan Stanley Katy Huberty a dit dans une note aux investisseurs le mardi ( via CNET), un prix que c’est exactement ce que Samsung initialement chargé pour sa première génération Galaxy vitesse et similaire aux galets de deuxième smartwatch, l’acier Pebble . Cependant, l’iWatch devrait être encore plus populaire que de ses concurrents les offres et il peut me fait le “next big thing” pour Apple.

“Notre hypothèse de travail est que iWatch sera largement adopté comme un dispositif accessoire et, par conséquent, vendu dans la base de clients existants, comme l’iPad, plutôt que pour les nouveaux clients, comme l’iPod ou de l’iPhone”, a écrit Huberty.

Huberty a noté en outre que le iWatch pourrait devenir un flux de revenus important pour Apple, apportant autant 17,5 milliards de dollars en la première année – de 299 $ chacun, cela signifierait d’Apple devrait bien se vendre plus de 58 millions d’unités au cours de la période. Dans le même temps, l’analyste a dit qu’en raison de contraintes de composants potentiels, Apple ne peut générer de 12 milliards de dollars à 14 milliards de dollars en chiffre d’affaires dès la première année de la vente de l’iWatch.

Dans le cas d’un tel scénario jouerait, la iWatch aurait plus de succès dans sa première année de l’iPad et de premières années de l’iPhone combinée. L’iPad a généré 12 milliards de dollars des ventes dans sa première année, alors que la première génération d’iPhone a dans 2,5 milliards de dollars en revenus.

Standard
Tools

Mes applications et outils favoris sur Mac OSX

Vous ais-je dit que j’étais un Macqueux ?
Non, et bien je fais mon coming-out, et même si je reste très critique sur les machines d’Apple, j’aime finalement bien m’en servir. OK, c’est un peu lent, mais c’est en général plutôt facile à utiliser…

Je sais pas pourquoi, j’avais envie de faire une liste des applications qui me sont devenues indispensables:

  • Locomotive pour les tests RubyOnRails
  • Transmit pour le FTP
  • Textmate ou Textwrangler comme éditeur de texte
  • SVNx pour la gestion des versions
  • CocoaMySQL pour la gestion de bases de données
  • Paparazzi pour les captures d’écran
  • Photoshop Elements pour les graphiques Web
  • Fotomagico pour les animations
  • Acquisition pour le P2P
  • Skype ou Adium pour les chats
  • Parallels pour jouer au PC et tester sur IE
  • Perian pour lire toutes les videos sous Quicktime
  • NeoOffice pour créer/éditer des documents
  • App Sales à partir de Appsgoneviral

Et vous, vous utilisez quoi ?

Standard
Internet

Internet : Act II

Congrès IDATE

De retour du congrès 2004 de l’IDATE, intitulé cette année Internet : Act II, quelques notes rapides et réflexions à partager :

- Le triple play sur ADSL (voix, données, video) et la TV sur meilleur marketing d’applications mobile donnent beaucoup d’espoir aux opérateurs et équipementiers télécom. Il semblent déja oublier le mot Internet et son impact sur leur business.

- Les mots “service”, “usage” et “simplicité” sont de plus en plus présents dans les discours, mais c’est toujours la technologie qui excite les orateurs. Tout le monde veut proposer des tas de “services”, mais l’ARPU de NTT Docomo sur la 3G décroit… Tous les exemples de services donnés restent cantonnés à des applications télécom de certaines technologies. Un service pour un opérateur reste un tuyau, certes sophistiqué, pour un informaticien…

- Le “contenu” revient en grâce, et malgré l’intervention poignante du président de Gaumont pour la survie de son industrie face aux “pirates”, il semble bien que les fournisseurs de contenus aient de beaux jours devant eux. Ils restent cependant crispés par la peur et attendent le Messie (encore Jobs ?) qui les rassurera. 

- L’accès semble le meilleur positionnement marché. Quelque soit l’évolution d’Internet, il faudra toujours payer l’accès au réseau. Heureusement que Free est là pour animer ce marché…

- L’Outsourcing progresse toujours, que ce soit au niveau télécom (opérateurs) ou informatiques (infogérants). Les exemples donnés restent du domaine défensif (outplacement social) plutôt qu’offensif. L’anticipation et l’innovation sont toujours absents de ce domaine.

- Assez peu d’Internet dans tout ça, sinon des interventions remarqués de Skype, Skyrock, Google, et Fnac.com. Le discours change alors radicalement : “Assets are liabilities”, “Big vs Fast”, “Communautés “, “Temps réel” en constituent un florilège.L’ubiquité des service sur Internet semble totalement incomprise de la plupart des participants. On se réfugie dans la proximité et l’intimité avec le client : la chat et la visio ne sont pas pris en compte. Pourtant, je suis plus “intime” avec Skype qu’avec FT ou Alcatel.

- Relance de l’E-Commerce qui est de nouveau sous les feux des projecteurs avec des croissances à deux chiffres. Les Cassandre qui se faisaient des gorges chaudes de l’éclatement de la bulle en seront pour leurs frais. Pouvez-vous achetez vos VPNs sur Internet ?

- Gros coup de déprime en pensant à la Chine et à l’ Inde : les phrases “les marchés sont tirés par la production de masse”, “déja trop tard pour acheter”, “la Chine imposera ses standards” ont été durement ressenties. Elles préparent la défaite à moyen terme.

En résumé, le congrès a été très intéressant, notamment de par la diversité des intervenants. L’Internet n’était cependant pas central. Il est significatif que jamais les mots “Web Services”, “Open Source” ou XML n’aient été prononcés. Ce qui se dégage, c’est que l’informatique est encore un monde mal connu des télécoms.

Côté finances, l’inexorable “commoditisation” des télécom fait peur, mais personne ne semble avoir la recette pour sortir de la spirale infernale.

Vous aurez remarqué le parti pris : je me sens plus proche de l’Internet que des Télécoms…

Standard